LA FOIRE A VILLENEUVE
 

 

            La police municipale des foires et marchés est faite par la gendarmerie qui se met ce jour là à la disposition du maire. Chaque espèce de commerce occupe un emplacement spécial. Les denrées de toute sorte sont déposées sur la place haute de la ville ; le marché des bêtes à cornes, aux jours de foire, se tient sept fois au midi, sur le tour de ville et cinq fois au nord sur l’ancien sol de la dîme ; celui des tissus, bazars et vases en terre, sur la place de l’ancien cimetière ; celui du jardinage, sur la place de l’église ; celui des moutons, sur le tour de ville et les Garrigous ; celui des porcs, sur le petit sol de la Dîme ; celui des veaux, sur la place de la prote Issaurenque.

Pour donner plus d’importance aux foires et marchés, il n’est pas perçu de droit de place.

Il n’est permis aux acheteurs forains que d’acheter sur le marché et non sur les routes et boulevards.

 

 

(Extrait de « l’art, la littérature et les traditions populaires dans la commune de Villeneuve » par JULIEN en 1900, pages 101 à 102 des « Enquêtes folkloriques en Rouergue » imp à Rodez en 1958 ou du T27 des MSLSAA)